Mot-clé - psychologue

Fil des billets - Fil des commentaires

mer., 03/01/2018

Tarifs

Tarifs 2018- A partir du 1er Janvier 2017 - Pas d'augmentation pour 2018.

contrat personnes TVA non applicable selon l'article 261-4-1 du CGI sur les prestations suivantes:

A ce jour, la consultation d’un psychologue ne donne pas lieu à un remboursement de la part de la Sécurité Sociale française. Cependant, certaines mutuelles sont susceptibles de prendre partiellement en charge des séances.
Voici quelques exemples. Pour la consultation " Handicap et travail" : un remboursement est possible pour les fonctions publiques dans le cadre du suivi de leurs agents handicapés psychiques.

  • Supervision individuelle : 50€ net (45 à 60 minutes)
  • Consultation psychothérapie : 50 € net la séance (45 à 60 minutes)
  • Consultation (1 heure environ) dans le cadre d'une convention avec une entreprise : 70€ net

TVA non applicable selon l'article 261-4-4 du CGI si une convention de formation est signée :

Prestations soumises à TVA :

Paiements acceptés:

  • Espèces
  • Chèque (Membre d'une association agréée, le règlement des honoraires par chèque est accepté)
  • Cartes bancaires : Visa, Maestro, Mastercard, American express, V Pay.
  • Chèque Santé®
  • Virement
  • Paypal
  • Apple Pay

cartesbancaires.jpgapple_pay.jpeg

Pour partager cet article --> Partage

sam., 25/03/2017

Souffrance au travail : quand les salariés sont dans l'impasse - Marie Claire - Par Julia Kadri avec Sébastien HOF, psychologue du travail à Besançon.

90% des actifs pensent que la souffrance au travail a augmenté depuis 10 ans. Les Français qui en sont victimes dénoncent l'indifférence de leur hiérarchie face à leur mal-être. Décryptage.

Souffrir au travail serait-il le mal du siècle ? Vous avez sans doute déjà entendu parler de "burn out", un anglicisme devenu à la mode depuis quelques années pour qualifier une usure psychique et physique relative à l'activité professionnelle.

souffrance-travail_-_Photo_de_Poike.jpegMais si le "burn out" est effectivement un syndrome d'épuisement lié à la profession d'un individu, la souffrance au travail est bien plus large. Harcèlement, angoisse, détresse, ennui... Un lexique peu réjouissant qui qualifie pourtant de plus en plus la réalité des travailleurs. En effet, 90% des actifs pensent que la souffrance au travail a augmenté depuis 10 ans, d'après une récente étude réalisée par le groupe MGEN avec OpinionWay.

Le mal-être professionnel progresse-t-il réellement ?

"Avant, quand on était en souffrance au travail et qu'on le disait, ce n'était pas audible. Aujourd'hui, ça l'est", explique le psychologue du travail Sébastien Hof. Si les cas d'épuisement professionnel se multiplient, ce serait donc parce que le sujet est moins tabou qu'avant : "Il y a 20 ans, quand on était mal dans son métier on nous disait qu'on ne pouvait s'en prendre qu'à soi-même" ajoute le spécialiste. Bien que le "burn out" soit de plus en plus médiatisé, au point d'être devenu dans le langage courant un mot "fourre tout" englobant un panel de troubles liés au travail, il n'est aujourd'hui pas reconnu comme une maladie professionnelle. Il s'agit d'un processus de dégradation de l'individu par rapport à son activité, d'un syndrome.

Au-delà de l'évolution des mentalités, qui a poussé les langues des actifs en détresse à se délier, la hausse du mal-être au travail est bien réelle. "Je pense que les organisations changent, ce qui a une influence sur les conditions de travail. Ce n'est pas toujours bien vécu", indique Sébastien Hof. Un avis partagé par le psychologue clinicien spécialisé en psychopathologie du travail, Johan Pain : "Je pense qu'il y a une augmentation de l'épuisement autour du travail, notamment dans le secteur public. Il y a de nouveaux enjeux économiques qui amènent une nouvelle politique de RH déstabilisante".

Si les conditions de travail changent et que le mal-être des actifs augmente, les entreprises et les professionnels de santé s'en alarment-ils pour autant ?

Une hiérarchie jugée indifférente face à ces troubles

Selon l'étude menée en février dernier par le groupe MGEN, 71% des personnes en souffrance au travail déclarent que leur hiérarchie et que leurs services RH ont été indifférents à leur mal-être."Dire qu'il n'y a pas du tout d'intérêt de la part de la hiérarchie sur les questions de souffrance au travail n'est pas toujours vrai. Il y a des organismes qui prennent en compte, ou qui ont la volonté de prendre en compte ces souffrances", indique Johan Pain. Mais ce dernier reconnaît "qu'en termes de sensibilisation des organisations, il y a encore beaucoup de travail à faire car il y a une méconnaissance importante de ces problématiques".

De plus en plus d'entreprises se questionnent à propos du mal-être au travail. Les managers se trouvent eux-mêmes déstabilisés par rapport à cela, ne sachant pas toujours différencier la sensibilité d'une personne d'un réel épuisement professionnel. De cette méconnaissance, et même parfois de ce déni, peut découler une sorte d'indifférence face à la santé d'un salarié.

La médecine du travail n’apparaît pas non plus comme une solution. Seuls 32% des interrogés auraient l’idée de parler de leur souffrance à leur médecin du travail. De plus, 71% disent ne pas savoir s’il existe ou non des dispositifs pour répondre ou pour prendre en compte des situations de souffrance. Selon Sébastien Hof, "les médecins du travail sont inondés par les problèmes de harcèlement, de burn out...". Mais le principal souci que décèle le psychologue se trouve dans le "timing" : "Les gens ont tendance à aller voir ces médecins quand c'est déjà trop tard, quand ils ont atteint le point de non retour". Pourtant, comme l'indique le site officiel du service public, le médecin du travail peut effectuer des visites à la demande de l'employeur, mais aussi -et surtout- à la demande du travailleur.

Apprendre à repérer les signes annonciateurs

"Tout le monde peut être touché par l'épuisement professionnel, peu importe le secteur d'activité", affirme Sébastien Hof. Comme 96% des Français, le psychologue estime que souffrir au travail peut arriver à tout le monde. Johan Pain tient quant à lui à apporter une précision : "Ce sont souvent les gens les plus investis qui craquent. Ceux qui veulent toujours bien faire sont plus impactés que ceux qui ont un certain recul, qui sont moins impliqués".

Mais comment et quand s'alarmer de son état émotionnel ? "A partir du moment où notre entourage nous dit 'tu es irritable, qu'est-ce qu'il t'arrive en ce moment ?', cela souligne un changement dans notre comportement, c'est un signe", souligne Sébastien Hof. "Il y a aussi d'autres indicateurs comme avoir la boule au ventre en allant travailler ou quand on a des troubles du sommeil, des maux de tête, une grosse fatigue. Ce sont des signes donnés par le corps qu'il faut écouter. Parfois ce n'est pas très perceptible, comme les maux de tête, mais c'est la récurrence qui doit être alarmante", complète le spécialiste.

Les problèmes de concentration, la dévalorisation de sa propre efficacité et de ses compétences ainsi que le désinvestissement professionnel sont "''autant d’indicateurs d’alerte pouvant laisser présager qu’un travailleur, ayant par exemple une attitude ou un comportement inhabituel, peut basculer dans un syndrome d’épuisement professionnel''", indique le "Guide d'aide à la prévention" établi par le Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation, l'INRS et l'Anact.

Par Julia KADRI

Billet original sur Marie-Claire.fr - Julia Kadri

Pour partager cet article --> Partage

mer., 01/02/2017

Ce que votre bureau dit de votre personnalité - Article Marie-Claire avec Sébastien HOF, Psychologue du Travail

Par Julia Kadri

Vous êtes plutôt du genre à ne rien laisser traîner sur votre bureau, ou au contraire, à y laisser régner un joyeux bazar ? Des experts décryptent votre personnalité à travers la façon de ranger votre espace de travail.

logo_marie_claire.pngLes Français passent environ 38 heures au travail par semaine. En plus d'être un lieu où l'on exerce sa profession, c'est un véritable lieu de vie. Il est pourtant difficile selon le psychologue du travail Sébastien Hof d'être véritablement soi-même au bureau : "On a toujours une image sociale qui est différente de sa véritable personnalité. On choisit ce que l'on veut montrer à l'autre". Et ce que l'on souhaite dévoiler de soi passe aussi par le rangement de son espace de travail.

"La disposition de votre bureau, à quoi il ressemble, c’est la première image que vos collègues auront de vous. Cela vous catalogue tout autant que votre façon de vous habiller", affirme Alexandra de Roulhac, coach du bonheur en région parisienne. Plusieurs profils se dessinent :

  • Vous avez un bureau où rien ne traîne

"Garder son bureau en ordre, c’est se préserver du stress, ne pas perdre de temps à chercher. C’est exactement comme un écran d’ordinateur : vous pouvez y mettre 5 dossiers bien identifiés, ou 250 fichiers en vrac", constate Alexandra de Roulhac avant d'ajouter qu'un bureau stérile peut aussi à l'inverse témoigner d'un esprit encombré. Mais ce phénomène de bureaux très "vides" s'est largement développé avec la multiplication des open space, comme l'explique Sébastien Hof : "On ne peut plus personnaliser son bureau car on le partage, il n'est plus a soi".

  • Vous affichez vos photos de famille

Amener des photos ou des objets personnels au travail peut signifier différentes choses. Selon le psychologue, il y a les personnes qui tournent les photos de leurs proches vers eux-même, ce qui veut dire qu'ils ont besoin "de points de repères, et de se rassurer en regardant ces clichés quand ils ont un moment professionnel difficile". On observe aussi au travail des personnes qui tournent les photos non pas vers eux-même, mais à la vue de tous : " On essaye dans ce cas d'afficher une vie personnelle épanouissante auprès de ses collègues", conclut Sébastien Hof.

  • Vous avez vos affaires personnelles

Les post-it fleurissent inlassablement tout autour de vous. Vous avez à la fois votre agenda d'ouvert, une dizaine de papiers griffonnés collés à votre écran d'ordinateur et même des penses-bêtes sur votre téléphone : vous avez besoin d'être rassurée. "Si tout est écrit, on peut se vider l'esprit", indique Alexandra de Roulhac. Et si votre bureau paraît désordonné, ce n'est pas forcément le cas affirme la coach, "le désordre permet d’être le seul à savoir où trouver ce que l’on cherche, et donne le sentiment de contrôler ce qui se passe dans son espace". Sébastien Hof, ajoute que l'activité professionnelle est ponctuée d’interruptions. Les rappels en tous genres en sont donc la conséquence.

  • Vous avez vos produits d'hygiène à porté de main

Déodorant et gel hydro-alcoolique trônent sur votre bureau, et ne pas les avoir auprès de vous serait très embêtant, voire stressant. "Les gens travaillent les uns à côtés des autres et ont peur de tomber malade", explique le psychologue du travail. Alexandra de Roulhac partage cet avis et ajoute que cela donne "un côté froid" à la personne. Les produits d'hygiènes, notamment les désinfectants témoignent d'une peur du contact avec les autres.

Lire la suite sur le site Marie Claire

Billet original sur Marie-Claire.fr Julia KADRI

Pour partager cet article --> Partage

dim., 08/01/2017

Consultation Psychothérapie

La psychothérapie: qu'est-ce que c'est ?

Un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le patient des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d'une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d'un rapport de conseils ou de soutien.

photo1_nouvel_ame_nagement.jpegAinsi, vos difficultés prennent de plus en plus de place dans votre vie et vous empêchent d’aller vers votre épanouissement.

La souffrance et le mal être sont les premiers signes.

Vous pouvez aussi souffrir :

La psychothérapie est un ensemble de méthodes de traitements des troubles et affections psychiques, émotifs, affectifs et physiques. Le langage étant le moyen le plus populaire par lequel s'effectue une psychothérapie, il existe cependant autres techniques ou approches corporelles.

Objectifs:

le thérapeute aide le patient à définir le problème mais aussi à identifier un objectif réaliste : Qu’attend-il de cette thérapie ? A quoi pourra-t-on voir que la situation aura changé lorsque la thérapie portera ses fruits ?
Dans le cas où la personne consulte pour plusieurs problèmes, qu’ils soient distincts ou imbriqués, le premier entretien sert aussi à se mettre d’accord sur leur hiérarchisation, et sur le problème que la thérapie abordera en premier.

Modalité:

Les échanges entre le psychologue et la personne en thérapie sont orientés et visent des objectifs précis. Tous les sujets peuvent être abordés s'ils servent à atteindre ces objectifs. L'échange est axé sur votre vie personnelle, vos sentiments et sur ce qui est important pour vous. Il prend souvent en compte votre passé, et tout particulièrement votre enfance.
En second lieu, il est vrai que l'écoute attentive du psychologue fait partie de la thérapie. Mais le psychologue intervient également; il pose des questions, commente ce que vous venez de dire, vous demande des précisions et vous aide à exprimer des sentiments, des émotions, et à relater des événements.
Une psychothérapie est un processus de changement. Nous savons tous que changer des comportements, des attitudes, des réactions n'est pas chose facile et instantanée. Dans la plupart des cas, vous ne pourrez pas atteindre vos objectifs en une ou deux entrevues. Cependant, la psychothérapie n'a pas nécessairement à se poursuivre pendant de nombreuses années. Selon les études menées à ce jour, une période de quelques mois à un an est généralement suffisante pour obtenir des résultats satisfaisants par rapport aux problèmes qui étaient à l'origine de la consultation. Cependant, la durée de la psychothérapie dépend de nombreux facteurs, tels que la gravité des problèmes, la nature des objectifs visés, le type d'approche thérapeutique choisi et la durée de la période d'adaptation (pour se sentir à l'aise, etc.), et peut donc nécessiter des interventions sur une période plus longue.

photo2_nouvel_ame_nagement.jpeg!!!Séance

La séance dure environ 45 minutes.
La consultation se déroule au Cabinet à Besançon dans un cadre sécurisant, contenant et confortable. En fonction des besoins, il pourra y avoir des consultations sur site notamment à Vesoul. (cadre moins propice à l'exercice de la psychothérapie).

L'entretien se fait uniquement sur rendez-vous.

Tarif : Consulter mes tarifs

Vous souhaitez prendre rendez-vous ? Appelez moi au 06.09.85.21.86 ou contactez moi par mail contact@psychologuedutravail.pro

Pour partager cet article --> Partage

lun., 05/09/2016

L'impact sur la santé au travail - article est républicain - dimanche 4 septembre 2016

Sebastien_HOF-_photo_SAM_COULON.jpgSuite à la rencontre de la journaliste le 23.08.2016, l'article est paru le dimanche 4 septembre 2016.

Le métier de psychologue du travail devient de plus en plus valorisé. Des gens ainsi que des entreprises font appel à ce spécialiste.

À peine connu il y a une dizaine d'années, le titre de psychologue du travail surprend de moins en moins. Cette profession,n'a été reconnue par I'Etat qu'en 1985. « Avant, tout le monde pouvait s'appeler psychologue du travail et exercer ce métier », explique Sébastien Hof. Il y a trois ans, ce Bisontin d'une quarantaine d'années, a ouvert son cabinet spécialisé dans ce domaine au parc La Fayette. « Dans mon parcours professionnel, j'avais une volonté d'évoluer hiérarchiquement. J'ai atteint un poste de haute responsabilité, mais j'ai compris que ce n'était pas ce que je voulais faire. J'ai quitté ce poste de dirigeant pour créer mon cabinet de psychologue du travail », témoigne-t-il.

l'épuisement professionnel

« Je ne peux pas dire, qu'aujourd'hui, les salariés souffrent au travail plus qu'avant, mais cette souffrance n'est pas la même. Il y a quelques dizaines d'années, le harcèlement au travail emmenait le plus souvent les gens au cabinet du psychologue du travail. Aujourd'hui, c'est plutôt l'épuisement professionnel, autrement dit le burn-out », précise-t-il. L'accélération de notre société provoque ce phénomène. « On a de moins en moins de temps pour réaliser ses tâches professionnelles. On a de moins en moins de temps pour parler à nos collègues, pour discuter des problèmes rencontrés. Si on reste au travail plus de temps, on ne se valorise plus », observe-t-il. Le burn-out se caractérise par une fatigue persistante un sommeil perturbé, la difficulté de se concentrer, une colère spontanée, une frustration, etc. « On est très proche de la dépression, mais la particularité du burn-out est que ça ne touche que le monde professionnel », poursuit le psychologue. Pour mettre son travail à distance, il faut passer obligatoirement par un long arrêt, une année en moyenne, les vacances ou un repos ne suffisent plus.

la double journée des femmes

L'épuisement professionnel touche tous les âges, tous les domaines et tous les niveaux hiérarchiques. « Parmi mes clients, il y a légèrement plus de femmes que d'hommes, car les femmes ont d'autres souffrances. Souvent, quand elles rentrent à la maison, elles ont un autre travail qui commence », précise le spécialiste. Sébastien Hof intervient aussi auprès des entreprises. Des fois, les employeurs créent eux-mêmes une ambiance tendue au sein de leur équipe. « Souvent, des dirigeants donnent la même tâche à tout le monde. Le meilleur reçoit une prime. Cette politique crée une concurrence et isole encore plus les employés. On travaille ensemble parce qu'on a une tâche commune, et non parce qu'on est dans le même endroit », analyse Ie psychologue. Quel que soit son client, Sébastien Hof rencontre souvent la difficulté de faire comprendre aux gens qu'il n'y a pas de solution toute faite. « J'accompagne des gens pour en trouver une, mais ils doivent Ia choisir eux-mêmes », termine-t-il.

OIga PATAPENKA

Pour partager cet article --> Partage

jeu., 23/06/2016

Présentation du Cabinet Sébastien HOF - Psychothérapie et Psychologie du Travail

DSC_0001.JPG

Présentation

Particulier

Psychologue du travail et futur psychothérapeute (en cours de formation), je vous reçois à mon cabinet uniquement sur rendez-vous dans le cadre de consultations "souffrance et travail » (burn-out, souffrance au travail, bore-out, situation de harcèlement, stress, violences au travail) de suivi à visée psychothérapeutique, facilite votre positionnement professionnel au travers de supervision.

photo1_nouvel_ame_nagement.jpeg Entreprise :
Je vous conseille sur le diagnostic de prévention des risques psychosociaux, réalise des formations sur mesure en santé au travail, en communication, en management, sur l'accompagnement au changement et sur la posture professionnelle. Suite à un événement traumatique (suicide, décès) ou un changement dans l'organisation, je peux mettre en place des groupes de parole pour prendre en charge le collectif et peux réaliser des accompagnements individuels. Suite à un conflit interpersonnel, je peux réaliser des médiations professionnelles pour faciliter le retour à la mise en place du travail entre deux parties. Je réalise également des séances d'analyse de pratiques professionnelles (ou analyse de la pratique) pour toute équipe de travail.

Profil


Réseaux

Reseau_de_consultations_souffrance_et_travail.png Le Cabinet de Psychologie du Travail Sébastien HOF est référencé parmi le réseau de Consultations "Souffrance et Travail" de Marie Pezé, seul clinicien du travail référencé sur le secteur de Besançon et de la Franche-Comté.

logoMSA.pngLe Cabinet est également membre de la cellule de prévention du suicide et du mal être des agriculteurs et des salariés agricoles.

Adeli.pngLe numéro ADELI justifiant de l'usage du titre de psychologue est le 25 93 0582 9 (Numéro de certification par l'Agence Régionale de Santé de l'usage du titre de psychologue). Ce numéro, attribué par l’Agence Régionale de Santé, atteste de la possession du titre de psychologue et protège contre l'exercice illégal de la profession (peines prévues à l'article 259 du code pénal)

IPRP.jpgLe Cabinet de Psychologie du Travail Sébastien HOF est habilité IPRP (Intervenant pour la Prévention des Risques Professionnels) par la Direccte : FC / 2013 / 0007.
Délivrée par la DIRRECTE, l’habilitation IPRP est pour l’entreprise une garantie de compétences, d'indépendance et de moyens quant à la capacité d'atteindre des objectifs de prévention des risques dans l'entreprise. L’IPRP est une personne, physique ou morale, dotée de compétences techniques, organisationnelles ou médicales (hors médecine du travail), dont la mission consiste à participer à la prévention des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de travail, en complément de l’action conduite par le médecin du travail.
Sébastien HOF est également référencé par le Réseau des IPRP du Grand Est.
LOGOSMT.pngLe Cabinet est également membre de la Société de Médecine du Travail et d'Ergonomie de Franche-Comté (SMTEFC) depuis 2015 et membre du bureau du SMTEFC depuis fin 2016.

logo-carsat.pngLe Cabinet est aussi référencé par la CARSAT Bourgogne Franche-Comté en tant qu'intervenant en prévention des Risques PsychoSociaux.

Visuel_INRSLe Cabinet est référencé par l'INRS et la CARSAT BFC pour effectuer la formation "S'initier à la prévention des risques psychosociaux".

AFPTO.jpg Sébastien HOF est également membre de l'Association Française de Psychologie du Travail et des Organisations (AFPTO).

Le Cabinet est également déclaré comme Organisme de Formation auprès de la Direccte de Franche-Comté sous le n° 43 25 02787 25.

Vous pouvez également retrouver le Cabinet Sébastien HOF sur les réseaux sociaux :
facebook.png logo-viadeo1.png linkedin.png googleplus.pngtwitter.png

Vous voulez consulter nos références ?

Pour partager cet article --> Partage

sam., 10/05/2014

Psychologue à Besançon

Définition:

bonhomme_direction.jpgUn psychologue est un professionnel de la psychologie, discipline complexe qui regroupe de nombreux courants théoriques et pratiques notamment : psychologie clinique, cognitive, comportementale, développementale, sociale, du travail, différentielle, expérimentale, .... Ces différents champs d'applications se rassemblent autour de cette étude scientifique des faits psychiques qu'est la psychologie (terme générique). Le psychologue, qui est spécialisé dans un courant scientifique spécifique, est donc un professionnel du fonctionnement psychique et des psychopathologies, du comportement humain, de la personnalité et ou même des relations interpersonnelles.

Différences entre psychologue, psychothérapeute, psychiatre et psychanalyste

Le psychiatre

Le terme "psychiatre" désigne une spécialisation de médecine. Ainsi, un psychiatre est avant tout médecin, ce qui lui permet de prescrire des médicaments (ce qui n'est pas le cas des autres psys). À ce titre, il traite beaucoup de pathologies lourdes nécessitant un suivi pharmacologique mais peut également proposer un suivi psychothérapeutique en fonction de son orientation.

Le Psychothérapeute

La psychothérapie désigne le traitement ou l'accompagnement par un individu formé à cela, d'une ou plusieurs personnes souffrant de problèmes psychologiques, parfois en complément d'autres types d'interventions à visée thérapeutique (médicaments, neurostimulation, etc.). Suivant les patients (enfant ou adulte), le type et la sévérité du trouble, et le contexte de l'intervention, il existe de nombreuses formes de psychothérapies qui s'appuient sur autant de pratiques différentes reposant elles-mêmes sur des approches théoriques diverses et parfois contradictoires. Depuis 2012, le titre de psychothérapeute est réglementé en France. Il sanctionne la validation d'un cycle de spécialisation théorique et pratique en psychopathologie effectué après des études universitaires de médecine (doctorat de médecine), de psychologie (M2 de psychologie) ou de psychanalyse (M2 de psychanalyse). Il constitue un titre commun partagé par des professionnels issus de formations distinctes et complémentaires.

Le Psychanalyste

Le terme "psychanalyste" désigne les professionnels qui sont rattachés à une école psychanalytique (ex : école Freudienne, la plus répandue) et qui ont eux-mêmes suivis une analyse de plusieurs années. Une cure analytique se compte en années et va chercher dans les racines de l'enfance. Aucun texte de loi ne protège cette fonction.La plupart reposent néanmoins sur l'établissement d'une relation interpersonnelle entre le patient et le thérapeute dans le cadre d'un contrat explicite de soin.

Le Psychologue

Le titre de psychologue est donné par un diplôme d'Etat que l'on obtient après cinq années d'étude après le baccalauréat. La formation du psychologue est effectuée généralement à l'université (ou dans certaines écoles privées reconnues) avec plusieurs stages durant sa formation. Le psychologue a le choix entre plusieurs spécialisations et peux exercer dans différents secteurs d'activité. Le psychologue est soumis à un Code de déontologie strict (Le consulter) et est enregistré à l'Agence Régionale de Santé. À ce titre il bénéficie d'un numéro Adeli.

Pourquoi un psychologue du travail ?

Le psychologue du travail participe, aux côtés des DRH, au recrutement, à la gestion de carrière, à la GPEC, au reclassement,... Ainsi, lors d’un entretien d’embauche, il tente de mettre au jour la personnalité du candidat. Il peut utiliser pour cela des tests (de personnalité, d'aptitude, ...). Il conseille également les salariés par des bilans de compétences. En adéquation avec leurs attentes et leurs compétences, il peut préconiser une formation, un changement de service…

Il peut participer à la gestion d'un service ou de l’entreprise dans son ensemble par l'animation de groupe lors des projets transversaux (Qualité, Créativité, Innovation, Risques, ...).

De plus en plus, il se spécialise dans la gestion des risques professionnels. Il est un partenaire incontournable du CHSCT et de la médecine du travail. Sa capacité d'analyser un poste de travail, ses connaissances en ergonomie, en gestion du stress, font de lui un allié aux compétences reconnues.Mais ses compétences vont bien au delà de l'idée commune « d'adapter le poste de travail au salarié ».

Ses connaissances en psychologie sociale sont un atout majeur. Ainsi, il connait l'individu dans le groupe, par l'étude de ses comportements et attitudes personnels, mais également par les interactions des individus dans le groupe. Ses connaissances sont des prérequis indispensables à la gestion des groupes, à la motivation des individus et des groupes, à la gestion des conflits....

Il existe également un courant de psychologie clinique du travail, enseigné par exemple au CNAM, qui cherche à comprendre et à expliquer les processus psychiques mis en jeu dans l'activité, avec pour objectif d'aider un collectif professionnel à trouver les ressources pour surmonter les difficultés du travail, si possible en faisant évoluer le travail pour l'adapter à l'homme (et pas l'inverse).

Besoin d'un psychologue du travail? appelez moi au 06.09.85.21.86. ou envoyez-moi un mail

Pour partager cet article --> Partage

jeu., 06/02/2014

Besoin d'un Psychologue à Besançon ou à Vesoul? Vous êtes en surcharge de travail ? Vous êtes en Burn-out?

Vous cherchez un psychologue du travail sur Besançon ou sa région ? Vous êtes en Burn-out ? Ou Vous êtes passés par cette étape et cherchez à retrouver des possibilités d'agir ?

Définition Burn-out

Le syndrome d’épuisement professionnel est une maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications du comportement en milieu professionnel. Des modifications morphologiques, fonctionnelles ou biochimiques de l’organisme du sujet atteint sont observées dans certains cas. Le diagnostic de cet état de fatigue classe cette maladie dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels et comme étant consécutive à l’exposition à un stress permanent et prolongé. Ce syndrome est nommé burn-out syndrome chez les anglophones (littéralement « carbonisé »), d’où l’expression de burn out, et « mort par surcharge de travail » (過労死, Karōshi) au Japon. (source: Wikipédia)

NE CHERCHEZ PLUS! Le Cabinet de psychologie du travail Sébastien HOF peut vous accompagner sur Besançon ou Vesoul, Appelez au 06.09.85.21.86. ou envoyez-moi un mail

Pour partager cet article --> Partage

mar., 04/02/2014

Remboursement de la consultation du psychologue par la mutuelle

A ce jour, la consultation d’un psychologue ne donne pas lieu à un remboursement de la part de la Sécurité Sociale française.

Cependant, certaines mutuelles sont susceptibles de prendre partiellement en charge des séances sur la base de l'enregistrement du psychologue sur la liste ADELI.

En voici quelques unes (cette liste peut ne pas être exhaustive, je vous invite ainsi à toujours vous renseigner auprès de chaque organisme pour plus d’informations) :

  • AG2R : 200€ / remboursés / an et par bénéficiaire (pack « prévention et bien-être »)
  • AGF : 75 € remboursés / an et par bénéficiaire.
  • Allianz : 4 séances à 70 € remboursées / an et par bénéficiaire
  • Alptis et sa formule Claréa ou Divinea : 25€ remboursés / séance, dans la limite de 5 séances par an et par bénéficiaire (référence : CLAREA-G13)
  • APRIL : selon la formule santé « Pack Bien être » de 25€/séance à 50€/séance, 5 consultations par bénéficiaire par an.
  • APRIL : selon la formule TNS(professions indépendantes), de 15€/séance à 60€/séance, par bénéficiaire, 4 consultations par an.
  • AXA : jusqu’à 10 séances à 40€ remboursées / an
  • CREDIT AGRICOLE (Assurance « Pacifica ») : 30€/séance, jusqu’à 150€ par an en formule « Bien-être », jusqu’à 200€ par an en formule « Bien-être + »
  • Generali : 60 € remboursés / an et par bénéficiaire.
  • LMDE (Complémentaire santé «Tous soins ») : 10€/séance, 5 consultations par an
  • LMDE (Complémentaire santé « Forfait ») : 12€/séance, 5 consultations par an
  • LMDE (Complémentaire santé « Optimum Forfait ») : 15€/séance, 10 consultations par an
  • MAAF : soutien psychologique en cas de traumatisme, de maladie grave, etc.
  • MAIF : jusqu’à 10 séances intégralement remboursées vous sont proposées suite à un accident corporel
  • MATMUT : selon le formule, prise en charge de 50€ par an jusqu’à 120€ par an
  • MGEN (Mutuelle Générale de l’Education Nationale) : 8€/séance, jusqu’à 150 séances maximum. Voir également les formules de MGEN Filia.
  • MNH : garantie « Choisya » Module « Honoraires et hospitalisation » ; Pour le choix 1 : 120 € par an - Pour le choix 2 : 90 € par an - Pour le choix 3: 60 € par an
  • MUTUELLE VERTE : selon la formule, de 10€/séance à 30€/séance, 3 consultations par an, pour les enfants de moins de 15 ans uniquement.
  • Unéo (pour les militaires et leur famille) rembourse 40 € par séance, dans la limite de 3 séances par an et par bénéficiaire..

* N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mutuelle.

A votre demande, il pourra vous être remis une facture pour chacune de vos séances afin d’effectuer vos remboursements.

Pour partager cet article --> Partage